Le nid du troglodyte mignon

Publié le 9 Juin 2014

Depuis quelques années, l'hydrangéa grimpant s'est installé sur la façade de la maison envahissant les fenêtre et bloquant les volets. Un nettoyage était nécessaire mais je voulais lui laisser toute liberté d'envahir les murs car le charme d'une maison enfouie sous la verdure me fait rêver.

En tirant délicatement sur une grosse branche, aidé par une spatule de peintre, car le bougre avait planté sérieusement ses griffes dans la brique, j'ai découvert un nid merveilleusement formé avec quelques belles plumes et duvets, mousses et brindilles. Je trouvais le nid trop frais pour être déjà abandonné. En vitesse, j'ai reculé en me cachant derrière un arbre et j'ai attendu pour voir si je n'avais pas dérangé un habitant ailé.

Un troglodyte mignon est apparu avec quelques brins de mousse dans le bec. Que pouvais-je faire? Son nid était tellement bien caché sous la gouttière. Je l'ai observé sautant d'une branche à l'autre, cherchant dans les moindres recoins sont travail perdu.

le troglodyte mignon

Il fallait absolument que je répare mon manque d'observation surtout que l'orage commençait à gronder.

Munie d'un escabeau, je plantais le nid entre trois branches bien solides non loin de son premier repère et retournant dans ma cachette, j'attendais le coeur battant que le troglodyte mignon retrouve sa demeure.

Les minutes furent longues mais le voici revenu. Il ne lui a pas fallu longtemps pour le retrouver. Maintenant je croise les doigts pour que son courage prenne le dessus pour réparer son nid. J'ai ramassé quelques débris et je les ai posé sur une branche voisine comme pour me faire pardonner de mon étourderie.

Le nid du troglodyte mignon

Le troglodyte mignon a deux périodes de couvaison entre avril et juillet.

Ce qui me chagrine dans cette histoire, c'est que le mâle construit plusieurs nids puis se met à chanter pour attirer la femelle. Lorsque celle-ci trouve un nid qui correspond à ses attentes, elle y dépose quelques plumes. Comme vous pouvez le voir, les plumes ont été déposé. Il y a des jours comme ça ou je me donnerais des claques!

La femelle va déposer de quatre à sept oeufs blancs tachetés de brun dont elle va s'occuper toute seule. Le mâle va l'aider à les nourrir et à les protéger, mais il peut avoir beaucoup de travail s'il choisit d'avoir plusieurs femelles...bien fait!!

Au bout d'une quinzaine de jours, les petits pourront quitter leur nid mais seront encore dépendants de leurs parents encore une quarantaine de jours.

Les troglodytes mignons se nourrissent surtout d'insectes comme les moustiques, les araignées mais aussi les pucerons.

C'est sans doute une des raisons de leurs présences autour de la maison. Surtout en ce moment avec le temps qui ne sait pas ce qu'il veut. Tantôt le soleil, l'orage ou la pluie, faisant sortir en fin de journée les petits escargots qui peuvent servir d'apéritif à ces oiseaux. Je n'en ai jamais vu autant, faisant attention de ne pas marcher sur leur coquille jaune striée de brun.

Ils sont vraiment très drôle à observer car les troglodytes s'agitent beaucoup, sautant au pied des buissons ou sur les pavées pour trouver leur nourriture. Personnellement j'écoute leur chant strident quand ils sautent sur les branches. Si vous voulez aussi les écouter pour les reconnaître plus facilement: Cliquez!

La fragilité des troglodytes mignons se trouve en hiver. Leurs petites tailles ne les aident pas à se défendre contre le froid. C'est à cette période qu'il est possible de les voir se regrouper pour se tenir chaud. Les nichoirs sont aussi utiles pour les protéger.

Si jamais le nid est déserté, je le garderai pour leur donner un abri en décembre.

L'hydrangea grimpant est resté sur le mur. Tant pis pour les volets. Mon impatience m'a joué un vilain tour. Il suffisait d'attendre la fin des couvées. La nature est toujours là pour vous donner de belles leçons!

Merci, aujourd'hui j'ai beaucoup appris!

hydrangea grimpant
Commenter cet article

Sara 24/06/2014 11:17

Après un période dans ma vie de beaucoup de soucis je retourne doucement sur la blogo et découvre une autre fois tes beaux billets qui nous racontent la nature, tout un plaisir les lire.
Gros bisous. et merci pour ce beau chant que je bien reconnais.

Triskell 23/06/2014 22:45

Bon alors, la fin de cette histoire ? Un nouveau nid a été reconstruit ? Tu as vu des œufs ?

Martine 10/06/2014 21:42

J'aime le chant joyeux de ce petit oiseau plein de charme et le coup de la, les plumes laissées dans le nid préféré et plein de subtilité. Et il est si bien chez toi qu'il est revenu alors tout va bien. J'aime ces histoires d'animaux et tu dois en avoir plein à raconter!

Maria-Lina 10/06/2014 13:21

Parfois, lorsque l'on touche à un nid, l'oiseau l'abandonne mais ça n'a pas l'air d'être le cas, ton bel oiseaux devrait te remercier pour ce petit déménagement... Bisous tout doux et bon mardi dans la joie!

Babeth-Lili 10/06/2014 08:40

Vraiment bien observé même ... si un peu tard. Nous en sommes tous au même point quand il s'agit de nettoyer un peu la verdure autour des maisons (et pourtant c'est parfois nécessaire car si elle se plaît, elle peut aussi être envahissante). Merci pour le lien sur le chant des oiseux. Bonne journée !

la prunelle 10/06/2014 07:57

Une leçon partagée est à moitié pardonnée!
Cela sonne bien comme dicton, non!
En tout cas, je te l'envoie pour t’enlever la petite pointe de culpabilité qui resterait encore en toi!
Merci de nous avoir permis de découvrir ce petit oiseau, que je dois écouter souvent sans m'en rendre compte!
Mme femelle trouvera sans doute un autre nid si celui-ci ne lui plaît plus. Tu sais combien les femmes sont capricieuses (lol)
Gros bisous

Mag 10/06/2014 00:46

un troglodyte mignon a élu domicile dans mon jardin ; cela fait deux hivers qu'il vient manger et se mettre à l'abri sous le préau ; deux printemps qu'il fait deux nids on ne peut lus parfaits... mail chante à qui mieux mieux... il est sans travail, toujours célibataire