Publié le 8 Juillet 2014

Cela faisait un moment que je ne les voyais plus. Sans doute sont-ils occupés avec leur petite famille. Soudain une rencontre, timide mais téméraire. Un aventurier sans doute!

le chevreuil

Nos regards se sont croisés. Pas besoin de bavardage, juste du respect.

Le chevreuil

Les oies ont bien grandi et se sont habituées à cette présence sauvage. Cela fait parti de leur environnement alors que l'humain n'est pas encore accepté. Il est vrai qu'il est un prédateur dangereux, alors quand il me regarde et semble accepter ma présence pendant quelques minutes, je pense qu'il a compris que nous ne sommes pas tous semblables...oh, que non!!

Les oies bernaches

Le voilà qui disparaît dans les fougères, sans un bruit, comme une danseuse!

les fougères

Publié le 6 Juillet 2014

Des fois on se demande si on est bien réveillé. L'illusion de voir un âne passer devant ses fenêtres, me laisse songeuse sur le fait que je suis peut être encore en train de rêver!

Nelson a tout simplement trouvé la barrière ouverte, ce qui lui a permis d'aller se balader, en venant me narguer devant la cuisine.

la couverture de l'âne

Il me montre bien qu'il a le droit aussi à un petit déjeuner, en se délectant de quelques branches.

La nourriture de l'âne

Point de colère de ma part, car Nelson a le moral bien bas. Ses petits sabots souffrent d'une fourmilière. C'est en quelque sorte , une séparation de la sole et de la corne, qui rend le pied fragile. Cela demande des soins et il n'est pas toujours coopératif. Mais je ne perds pas patience car j'aimerais le voir à nouveau galoper dans le pré après Maya.

les oreilles de l'âne

Allez Nelson, courage, les beaux jours vont revenir!

photo âne