Publié le 26 Novembre 2014

Rien de plus facile de planter l'amaryllis en pot à l'intérieur de vos maisons.

j'ai choisi deux bulbes en pleine santé. Dans un pot rempli de terreau de feuilles fabrication maison, j'ai enterré les bulbes à moitié et les ai placé devant la fenêtre de la cuisine.

Les amaryllis ont profité de la lumière et de la chaleur.

Heureusement nous avons en ce moment de beaux rayons de soleil surtout en matinée.

L'amaryllis porte le nom d'hippeastrum.

Pourquoi je complique un peu les choses?

C'est tout simplement que la signification grec de ce terme est hippo= cheval, aster= étoile.

Comment voulez-vous que je ne tombe pas amoureuse!

amaryllis en pot

Dans le langage des fleurs, l'amaryllis représente la fierté et l'arrogance, sans doute à cause d'un poème de Virgile, mettant en scène une ravissante bergère du nom d'amaryllis, indifférente devant la passion des hommes.

Messieurs, si l'élue de votre coeur joue les indifférentes, envoyez lui une amaryllis.

Le message est clair "surtout ne me résiste pas!". C'est pas un beau cadeau de Noël, ça!

les amaryllis en pot

Pour voir mes amaryllis fleurir en décembre, j'aurais dû les mettre à l'ombre dans un endroit frais pendant plus d'un mois. Au lieu de cela je les ai placé directement dans la chaleur de la cuisine. Elles ont beaucoup apprécié. Au bout de quinze jours la tige commençait à montrer des signes d'impatience. Un peu plus d'un mois pour arriver à l'apothéose d'un rayon de soleil automnale.

Je ne regrette rien et je vais sans doute recommencer l'aventure.

bulbe d'amaryllis

Si vous aimez la nature, les fleurs, la forêt, les animaux, bref, la faune et la flore, le nouveau blog annoncé se façonne de jour en jour, mais ATTENTION, il ne parlera pas de mode, de rouge à lèvre, de soirées mondaines... euh! peut être de bons restaurants...c'est un peu la nature, non?! il se prépare sous forme de fiches explicatives sur le thème du jardinage.

Flûte, je ne voulais pas le dire!

Mais je cache encore quelques surprises car j'espère (et je croise les doigts) qu'il sera prêt pour Noël.

Merci à vous tous, qui m'envoyaient des messages toujours aussi gentils les uns que les autres. Je les lis tous, mais ne réponds pas en ce moment pour manque de temps, alors je vais faire "un package"ici pour vous dire un immense MERCI.

Il faut dire que je garde du temps pour aller visiter tous les jolis blogs de la planète. Il y a de vraies pépites, n'est ce pas?!

Publié le 21 Novembre 2014

Il y a une atmosphère étrange qui plane au dessus de la forêt. Cela commence par un bruit de feuilles froissées, un souffle d'air possédant une force incroyable.

Les têtes se lèvent, cherchent la puissance du vent. Les oreilles pointées vers le moindre bruit qui pourrait les renseigner.

teckel kaninchen
teckel kaninchen

Toutes activités s'immobilisent. Mais d'où vient ce bruit dans le ciel qui commence à s'affirmer?

labrador noir

Je finis par me mêler à l'évènement. La tête de mes chiennes ne trompe pas. Un spectacle grandiose va s'ouvrir devant nos yeux!

teckel kaninchen

Dans le ciel encore tiède de l'automne... elles arrivent comme un cadeau de fin d'année dans un moment où on ne les attend pas, mais alors pas du tout. Parties en juillet, je pensais les revoir en août. Les générations certainement nées sur place se sont données le mot pour une réunion familiale, avant de s'envoler dans une révérence gracieuse vers une destination secrète. Quelques une d'entres elles, reviendront en février afin d'agrandir la famille.

Une quarantaine d'oies bernaches s'échangent des frôlements d'ailes, pivotent et glissent au son d'une valse imaginaire et me laissent approcher, sereines et tranquilles.

Si ce n'est pas le paradis, je suis sûre que cela lui ressemble!

les oies bernaches

Publié le 10 Novembre 2014

L'automne, c'est la saison des champignons. Tous les jours, je vois quelques têtes surgissant de la mousse ou à travers le tapis de feuilles rousses. Tous les ans, je les expose par ici sans me lasser une seconde. Pour moi il n'y a pas de répétition, les saisons se suivent mais ne se ressemblent jamais. Les feuilles tombent inlassablement et je les ramasse inlassablement sans me lasser!

C'est un excellent sport pour mes biceps de coq, et cela dure pendant des semaines. Pourtant lorsque je verrai la dernière feuille s'envoler, à ce moment là peut être, je dirai ouf!

Je la guette du coin des yeux en ayant l'impression qu'elle me nargue un peu!

feuille d'automne

Un rhododendron s'est implanté sauvagement au milieu des fougères. Ce n'est pas pour me déplaire. Il peut même inviter ses amis.

rhododendron

Il est vrai que j'avais commencé à parler de champignons, pour la première fois, j'ai craqué sur une envie gustative.

NON, NON, pas celui-ci, sinon je ne serais sans doute pas là pour vous écrire!

L'amanite tue-mouches est un champignon vénéneux, il est reconnu comme étant hallucinogène. On le confond souvent avec l'amanite phalloïde (merci Agnès!) qui reste l'un des champignons les plus vénéneux d'Europe. Vous pouvez juste le regarder mais pas le toucher et encore moins le mélanger à vos cueillettes.

Heureusement, mes chiennes ne se sont jamais intéressées à ce phénomène qui est d'ailleurs très esthétique. Pourtant certains animaux comme les lapins peuvent manger l'amanite. Je me dépêche souvent de les photographier car le lendemain ils sont souvent croqués par de petites dents!

amanite tue-mouches- champignon vénéneux.

Cette année il y avait de magnifiques cèpes. Impossible de se tromper, c'est comme si leurs noms étaient attachés autour de leurs chapeaux!

Les cèpes ont fini dans la poêle avec un peu d'huile d'olive, de l'ail et du persil. Pas compliqué comme recette, c'est tout à fait à ma mesure!

Il ne faut surtout pas se laisser distraire car les cèpes demandent à être cuisiné "al dente". C'est carrément top chrono, et c'est sans doute la seule difficulté!

recette de cèpes

La balade se poursuit uniquement dans l'observation photogénique de certains spécimens fidèles au rendez-vous chaque année.

coprinus comatus

Voilà que je me laisse distraire, les feuilles attendent de partir pour la fabrication du terreau. Il faut jongler entre les jours de pluie et de soleil.

Beau temps aujourd'hui, vous ne trouvez pas?!

feuilles d'automne

Publié le 5 Novembre 2014

La route du rhum est une course mythique qui relie Saint-Malo à la Guadeloupe et plus précisément à Pointe-à-Pitre.

Comme si vous y étiez!

Il fallait avoir les yeux grands ouverts pour se rendre compte de la taille de ces immenses multicoques.

Ce que je trouve sympathique dans cette course c'est qu'elle est ouverte tant aux professionnels qu'aux amateurs. Les multicoques et les monocoques se mélangent. Tout le monde est présent pour la même passion. Il en faut pour affronter cette course en solitaire et sans assistance lorsque le coup d'envoi est lancé.

Etant donné que je passais par là (c'était un peu fait exprès quand même!), il a bien fallu affronter la foule. Saint-Malo a vu défiler plus d'un million de personnes en quelques jours.

J'ai repéré un admirateur à poil!

le regard du chien

Comme il faut bien faire un peu de cocorico féminin, n'oublions pas que Florence Arthaud a gagné cette course en 1990 en 14 jours. Il faudra attendre 8 heures pour connaitre le deuxième concurrent: Philippe Poupon.

Samedi, un beau ciel bleu planait au-dessus de Saint Malo. Un vrai temps breton!

Saint Malo

Les skippers étaient tous occupés à préparer leurs purs-sangs pour prendre le départ le lendemain à 14 heures. La foule étaient bien présente sur le quai. Il était plus facile de les observer du haut des remparts.

La route du rhum

Comment rester insensible devant le concert de cette multitude de mâts et de drapeaux se balançant au gré du vent.

Sans doute, le petit canard jaune flottant dans la baignoire quand je savais à peine marcher est responsable de cette attirance pour le monde marin. La compétition n'est pas vraiment un but en soi, mais la préparation pour dompter ces géants de la mer, me laisse dubitative. Est-ce vraiment le plaisir d'être le premier ou simplement se sentir des ailes pousser lorsque les flotteurs lancés à pleine vitesse, finissent par décoller de leur support.

Si vous passez par là, "marins de l'impossible", pouvez- vous me dire si vous avez le sentiment fugace et éphémère d'être les rois du monde. Une sensation qui ne dure que quelques minutes, car la mer n'est pas un jouet. Il faut à la fois connaitre ses limites mais aussi celles de son bateau.

La route du rhum

Voici le plus admiré, "Spindrift 2" le plus grand trimaran du monde. La coque centrale mesure 40 mètres. Ce bateau est surtout conçu pour naviguer en équipage. Avant d'être rebaptisé, il a remporté la course autour du monde, le Trophée Jules Verne avec Loick Peyron et ses coéquipiers.

Quel défi pour Yann Guichard de se retrouver seul sur ce cheval des mers. Aux dernières nouvelles, cela se passe plutôt bien pour lui. La route du rhum 2014 a déjà connu les blessures et les abandons, les déceptions certainement, alors une pensée pour ceux qui se sont battus contre une météo déchainée pendant leur première nuit et une nouvelle dépression qui s'annonce au large de la péninsule ibérique.

Spindrift 2

Samedi 12h30, les multicoques et monocoques larguent leurs amarres. La foule se pressait sur les quais, mais aussi un nombre impressionnant de petits voiliers et de bateaux à moteur. Le terme "petit" n'est employé que par rapport à la taille de ceux qui allaient apparaître près du phare de Saint- Malo!

La route du rhum
le phare de Saint-Malo

Rien n'arrête les téméraires!

Saint-Malo

Notons au passage les phrase positives inscrites sur la coque de certains navires.

la route du rhum

Pierre Antoine sur Olmix, serein au départ avec ces équipiers encore à bord. Mais le mardi suivant, en pleine course, la foudre s'est abattue en haut du mât. Une brèche dans le navire et les câbles électriques en feux. On peut imaginer la déception du skipper qui heureusement a été récupéré sain et sauf par un hélicoptère.

la route du rhum- Pierre Antoine

Yves le Blevec avec Actual s'offre un très bon départ, mais une avarie technique l'oblige à faire une escale pour réparer. Son équipe sera certainement très préformante pour qu'il puisse repartir au plus vite!

La route du rhum-Yves Le Blevec

Le départ de la course est très impressionnante. Un rayon de soleil est arrivée au bon moment pour faire mentir la météo de quelques heures, annonçant un orage qui malheureusement arrivera dans la nuit. Beaucoup de passionnés ont pris la mer pour venir souhaiter un bon départ aux marins, mais il fallait être vigilant pour ne pas se laisser emporter par cette allégresse!

Sur la prochaine photo, on peut voir la voile jaune et grise de Sébastien Rogues. Alors qu'il était dans le peloton de tête, mercredi , Sébastien Rogues a annoncé son abandon dû à une déchirure dans la grand-voile et plusieurs avaries techniques. On peut se rendre compte de la force du vent et les difficultés rencontrées par les skippers pendant ces premiers jours de course. Une grande déception certainement après tant d'entrainement. Cela ne doit pas être facile d'abandonner mais la prévision d'une météo assez forte les prochains jours, demande d'avoir un voilier techniquement au top. Qui ne connait mieux son bateau que son skipper?

La route du rhum-Sébastien Rogues

Mais la course continue et la solidarité des marins se fera sentir à l'arrivée.

Nous sommes au cinquième jour de la route du rhum. Loick Peyron cartonne suivi de Yann Guichard, mais dans cette course à la vitesse, tous les skippers savent qu'ils ont une chance de bien se positionner, même devant les vedettes. Le choix de la route de navigation, la gestion technique du bateau et surtout cette météo qu'ils doivent gérer. Leur bon sens, la préparation physique et surtout le mental. Ils sont seuls, face à cette mer qui décide de les caresser ou de les secouer sauvagement. Peut être est-ce tout cet ensemble à gérer qui les pousse à aller toujours plus loin. Une folle envie de se dépasser.

La route du rhum.

Marc Guillemot sur Safran que l'on peut voir au départ de Saint-Malo est en train de faire une belle course. Cette après-midi il est troisième dans sa catégorie.

Une bonne note d'optimisme avant de suivre en silence la suite de la route du rhum.

la route du rhum-Marc Guillemot

Il faut quand même que j'arrête de bavarder comme une mouette!

Bien contente que cet article ne soit pas couvert de publicités. Merci pour tous vos commentaires reçus hier soir. J'ai été étonnée par la réactivité dont vous avez fait preuve!

Revenons sur la terre ferme, qui reste néanmoins bien trempée en ce moment!

le cri de la mouette

A bientôt

Publié le 5 Novembre 2014

Normalement si tout marche bien, vous n'aurez plus à supporter les publicités sur ce petit bout de toile.

Ouf! il était temps car je sentais au travers de vos messages personnels que vous en aviez assez!

Merci pour votre patience, cela vaut bien une coupe de champagne!

Nous nous retrouvons bientôt. J'espère que vous n'avez pas le mal de mer, car il y aura de l'eau...beaucoup d'eau!!

coupe de champagne